On n’appelle jamais un "way station" un "saloon"

En fait, ce qui était construit sur notre terrain, n’est pas un saloon mais plutôt …un véritable way station.

Veuillez, ensemble avec moi, faire quelques pas en arrière et ‘déguster’ un petit peu d’histoire Américaine

.Les Way stations étaient un élément crucial dans l’exploitation de la "Overland Trail Mail Route" , un service régulier de transport en calèche de passagers et de poste entre les régions sans (le ‘Wild West’) et celles avec gare de trains.

Ladite route était la propriété de Ben Holladay; c’est pourquoi on l’ appelait le "stage coach king" .

Il ne faut pas confondre le "Overland Trail" avec le "California" ou "Oregon" trail, qui suivait la vallée

de North Platte du Nebraska au Wyoming.

 

Le nom "Overland Trail" s’applique à la partie de l’Oregon Trail conçue en 1862 pour éviter les problèmes avec les Indiens d'Amérique. En Juillet 1862, Ben Holladay et son ‘Overland Stage Company’ recevaient l’instruction du ministère de la poste de déménager du centre du Wyoming vers une route qui était connue comme le "Cherokee Trail".

Bien que la nouvelle route était plus longue que l’ancienne, elle était le seul passage admis par le gouvernement.

Par conséquence, le « Overland Trail » , entre 1862 et 1868, devint le corridor le plus important vers le ouest

et les relay- et way stations fonctionnèrent comme points de repos pour passagers et animaux.

 

On estime qu'entre 1862 et 1868, 20.000 personnes par an utilisaient le "Overland Trail". Beaucoup d'entre eux faisaient la voyage en « calèche de poste » (souvent fabriquées par la firme "Abbott & Downing" de Concord, New Hampshire),

que nous connaissons si bien au travers des films westerns.

 

De tout le réseau des way stations qui étaient établis pour laisser fonctionner le "Overland Stage Company",

un seul reste:Virgina Dale (un monument protégé).

Virginia Dale Way Station aujourd’hui

 

Le way station et ses annexes étaient établis en 1862 par Jack Slade, qu’il appellait "le complexe" d’après sa femme.

Le bâtiment principal étaitconstitué de trois parties et avait , avant 1920, deux terrasses couvertes.

La couverture du toit (en bois) était transportée de St. Joseph, Misouri, pour 1,5 $ le livre.

Vers 1864, un puits d'une profondeur de 12m fut creusé à la main.

A l’intérieur nous retrouvons un espace ouvert avec des murs en bois et, au centre, un poêle à bois .Ce way station, cher visiteur, nous a inspiré pour la réalisation de notre projet à Cherain. Même plus, nous voulions recréer l’ambiance et l’atmosphère qui étaient typique d'un way station.Que se passait-il dans ce way station? Après la construction en 1862, Virginia Dale était un endroit vivant. Beaucoup de conducteurs de chariots et messagers armés du "Overland Stage Company" le considéraient comme leur « chez soi ». La vie dans les way stations était beaucoup moins monotone que dans les swing – ou relay stations (ou seulement les chevaux étaient remplacés, après quoi le voyage continuait) : à toute heure du jour et de la nuit, les « stage coaches » arrivaient ou partaient, l’hôtesse servait des repas ou les Indiens attaquaient le bâtiment. Pendant l’hiver, des tempêtes de neige sévères rendaient la vie plus difficile. Au printemps, les orages transformaient les routes en rivières. En plus, pendant toute l’année, il y avait beaucoup de vent.

Virginia Dale Way Station" et annexes avant 1920

 

Comme chez la plupart des way stations, "Virginia Dale" avait aussi une vie sociale assez active.

On y organisait des soirées dansantes auxquelles les voisins participaient aussi ;

ils venaient à cheval, en calèche ou chariot.

Bon nombre de conducteurs de chariot ou gardiens possédaient une guitare ou un violon, ce qui avait comme conséquence qu’ils y avaient pas mal d’"orchestres"!

Les soirées dansantes duraient jusqu'à l’aube et on dansait surtout le "quadrille" et le "Virginia Reel".

 

Les annexes étaient pleine de paille, de blé et de conserves, de fruits et de légumes séchés.

"Virginia Dale" avait la réputation d’être une des way stations les plus ravitaillées de l’ "Overland Trail".

Des chariots de transport arrivaient et partaient suivant un schéma fixe et les marchandises étaient distribuées parmi d’autres stations. Comme vous pouvez le constater… une way station était VIVANTE.

C’est exactement cette atmosphère que nous aimerions bien recréer ici, au cœur des Ardennes.

 

Pour terminer, encore un petit mot sur "Willow Springs". Si on suivait l’"Overland Trail" du sud vers le nord,

la première way station qu’on rencontrait en entrant au Wyoming était Willow Springs , aussi connue comme "Dirty Woman" (Vous comprendriez bien que nous n’avons pas choisi ce nom pour notre bâtiment !).

Au début Willow Springs Way Station consistait en un petit bâtiment en bois et un corral (en endroit fermé en bois pour rassembler les animaux). Plusieurs fois, les Indiens d'Amérique ont détruit le way station; chaque fois, Willow Springs était reconstruite et devenait plus grande. Le nom ‘Willow Springs’ était situé au milieu des ‘plains’, t

out prêt de quelques saules et une source.

Les historiens se disputent toujours sur la localité exacte parce que plus rien ne subsiste de Willow Springs.

On présume quand de même, que la way station se trouvait à environ 1,6 km au sud de Tie Sidings.